Catalogue

Derniers avis

Derniers commentaires

Christine Boiss...

Article très intéressant, merci Lire +
Répondre

Coureault

Bonjour, j ai une jument gestante qui me fait un leger emphysème...zst ce que je peux lui donner sa... Lire +
Répondre

Kribaa

BonjourJ'ai un cheval de course qui signe de nez avec un sang de couleur rouge revif lorsque fait... Lire +
Répondre

LOUIT

Bonjour, J'ai un cheval qui vit dehors. Dès qu'il est immobilisé au boxe une demi journée il fai... Lire +
Répondre

Voir tous les commentaires

Articles récents

Comment gérer la fourbure de votre cheval ? Quels sont les premiers gestes à faire ?
Comment gérer la...
Vous trouvez votre cheval couché, vous pensez qu’il se repose mais il refuse de se lever. Une fo...
 17/06/2024  (0)    (0)
Le miracle des micro-organismes efficaces
Le miracle des...
En discutant avec les propriétaires de chevaux, nous nous rendons compte que peu d’entre eux con...
 20/05/2024  (0)    (0)
La maladie : une crise d’expulsion des toxines et un nettoyage organique
La maladie : une crise...
D’où vient cette énergie qui investit et anime les êtres vivants et s’arrête à leur mort ?...
 03/03/2024  (0)    (0)

Voir tous les messages

Recherche du blog

Toutes les nouvelles du blog < Retour

Comment gérer la fourbure de votre cheval ? Quels sont les premiers gestes à faire ?

Comment gérer la fourbure de votre cheval ? Quels sont les premiers gestes à faire ?

Vous trouvez votre cheval couché, vous pensez qu’il se repose mais il refuse de se lever. Une fois debout il marche très mal, se campe en reportant son poids vers l’arrière, fait des tous petits pas et souffre visiblement dans sa locomotion. Ses pieds sont chauds ainsi que ses flancs et sa ligne du dessus. Votre cheval est en pleine crise de fourbure.

La crise de fourbure alimentaire classique est une accumulation de toxines dans le sang du fait que les organes digestifs (intestin grêle, foie, rate et pancréas) sollicités à l’excès sécrètent beaucoup de toxines issues des activités métaboliques de la transformation biochimique des aliments. Plus le catabolisme est intense, plus le dégagement d'énergie et l’élimination des déchets impactent les organes émonctoires (foie, reins) qui finissent par être dépassés par le travail de filtration et d’élimination requis. Les toxines se répandent alors dans la grande circulation sanguine, épaississent le sang ce qui rend le retour veineux plus difficile, notamment aux extrémités du corps. Leur accumulation dans les sabots du cheval lèse la vascularisation des pieds. Les tissus internes de la boîte cornée, engorgés de toxines, se nécrosent par manque d’oxygène. Ils cessent de soutenir la dernière phalange. La conséquence dramatique de la fourbure est la bascule de la troisième phalange osseuse du pied qui provoque des douleurs intolérables pour le cheval.

Que faire en cas de fourbure ?

Le premier geste est de le mettre à la diète, le deuxième geste est de lui donner de l’aspirine. Pourquoi ?

La mise à la diète permet d’alléger la surcharge de travail imposée aux organes et de facto la production de déchets et toxines endogènes. L’aspirine permet la fluidification du sang pour améliorer la grande circulation, lutte contre la fièvre et diminue la douleur.

Le troisième geste est d’aider l’organisme du cheval à expulser tous les déchets et toxines endogènes hors du corps pour nettoyer le sang, les organes digestifs et les organes filtrants afin de retrouver un niveau métabolique normal et fonctionnel.

La nourriture n’est pas la seule cause possible d’une fourbure. Un traitement médicamenteux peut aussi provoquer une intoxination menant à la fourbure, une vermifugation trop violente aussi.

Un deuxième type de fourbure est celle dite « hormonale », liée à des dérèglements du système hypophysaire et ses sécrétions d’hormones régulatrices du métabolisme. C’est le cas dans la maladie de Cushing où une baisse de dopamine aboutit à l'excès de cortisol dans l'organisme, facilitant le risque de fourbure. Le syndrome métabolique équin où le contrôle du taux d’insuline dans le sang fait défaut prédispose lui aussi le cheval à la fourbure.

Enfin la fourbure dite « de travail » résulte d’une cause mécanique comme une surcharge traumatique du locomoteur suite à une pratique sportive intensive, un mauvais parage ou une ferrure inadaptée.

La diète

Une mise à la diète ne signifie pas que votre cheval doit cesser de manger car il a absolument besoin de fibres dans son tube digestif pour éviter que les acides digestifs qui se déversent en permanence ne lèsent les muqueuses. Il s’agit de mettre au repos le système digestif en diminuant sa charge de travail au strict minimum. Pour cela il faut abaisser la quantité de protéines et de glucides donnés au cheval durant la diète. On supprime donc l’herbe en la remplaçant par un foin pauvre (vieux de l’année précédente) et en diminuant la quantité.

Dans le cas du cheval au pré, arrêter l’herbe est difficile et l’usage d’un panier sur le museau du cheval est indispensable pour limiter la quantité d’herbe ingérée s’il ne peut pas être mis sur sol aride le temps de sa crise de fourbure.

Dans le cas du cheval au box, la gestion de son alimentation est facilitée cependant moins le cheval se déplace et plus la circulation sanguine se ralentie et facilite le stockage des toxines dans les organes et les tissus internes.

L’idéal est d’anticiper le risque de fourbure en créant un paddock autour de l’abri et l’abreuvoir avec une porte ouvrant sur le reste du pré. Cette zone est vite abrasée par les sabots du cheval et l’herbe y pousse difficilement. Ainsi vous créez dans son pré une zone idéale en cas de fourbure pour stopper l’herbe, le mettre à la diète et gérer la crise. Vous contrôlez alors facilement la mise à l’herbe ou au foin tout au long de l’année selon la nécessité de son état et votre cheval a suffisamment d’espace pour marcher et être actif, contrairement à la solution du box.

L’aspirine

L’acide acétylsalicylique sous forme de l’aspirine vraie dérivée de l’écorce de saule blanc (et non pas à base de paracétamol comme l’Efferalgan, le Doliprane ou autre antalgique du même type à proscrire car ils surchargent le foie) est d’une grande aide pour soulager le cheval et améliorer la circulation du sang par son action anti-agrégant plaquettaire. Mais pour la même raison son usage ne peut-être que ponctuel, dans les 3 ou 4 premiers jours de la crise en attendant les soins vétérinaires et la mise en place de la diète et du drainage. Son usage à plus long terme élève le risque hémorragique. Attention donc si votre cheval souffre d’ulcère à l’estomac et elle est contre-indiquée pour les juments gestantes et en cas d’allergie aux salicylés ou aux AINS.

Le drainage organique

Il vise à éradiquer la toxémie qui s’est installée dans le processus de fourbure. Il s’agit d’améliorer le terrain organique en le soutenant dans une action de nettoyage des toxines et des déchets accumulés dans le sang et les organes.

Dans le cas de la fourbure de travail l’accumulation des toxines et des déchets ne provient pas de l’activité digestive comme dans la fourbure alimentaire. Ici le sang accumule une intoxination endogène liée à une intense activité métabolique musculaire qui décharge une grande quantité d’acide lactique dans les tissus et le sang qui provoque le même phénomène d’intoxination que la fourbure alimentaire.

Dans la crise de fourbure, la phase de diète ne suffit pas à elle seule pour rétablir rapidement la capacité métabolique des organes. Que ce soit une fourbure de travail ou de type alimentaire, hormonale ou médicamenteuse, il faut aider l’organisme du cheval à évacuer les toxines et déchets métaboliques. C’est là qu’interviennent les plantes médicinales et aromatiques à l’action drainante.

Énergétique & Plantes a conçu une des meilleures synergies, entièrement naturelle, pour stopper la crise de fourbure rapidement et rétablir le bon métabolisme du cheval. Notre synergie Fourbure Cheval et Poneys a plus de 23 ans d’existence et a largement fait ses preuves dans sa capacité à agir rapidement sur la fourbure accidentelle ou chronique. Nous avons aussi adapté notre formule à la gestion des cas particuliers :

-        Pour gérer les fourbures de type diabétique, c’est la synergie Fourbure et SME adaptée aux chevaux souffrant du syndrome métabolique équin.

-        Notre composé Fourbure et circulation s’adresse tout particulièrement aux chevaux naviculaires fourbus en ciblant l'amélioration de la vascularisation du pied.

-        Dans le cas d’une grande difficulté de la locomotion ou d’une bascule de la phalange distale du pied, vous devrez associer votre synergie Fourbure à notre duo Harpagophytum et curcuma aux propriétés anti-inflammatoires avec un effet analgésique et protecteur pour soulager la douleur de votre cheval et l’aider à rétablir sa capacité locomotrice plus rapidement.

Dans tous les cas de fourbure, prévoyez une cure minimale de traitement par les plantes d’1 mois et demi.

Autres actions accélérant le rétablissement du cheval

Le froid

Doucher longuement les pieds à l’eau très froide en massant avec le jet de bas en haut, l’idéal étant de faire des bains de pieds en plongeant les sabots dans de l’eau froide, puis au bout de 5 minutes, rajouter des glaçons pour descendre la température de l’eau car l’hypothermie diminue la gravité de la fourbure aiguë. Appliquer plusieurs séquences de 20 mn répétées avec une pose d’une demi-heure minimum entre chaque bain.

Le Shiatsu, l’acupuncture et les massages

La médecine chinoise sait très bien traiter les engorgements d’organes et les déséquilibres des méridiens énergétiques qui pilotent le fonctionnement organique et métabolique. Dans la crise de fourbure alimentaire, il faut réguler la fonction homéostasique du Triple Réchauffeur, de l’Intestin Grêle et du Pancréas qui agissent sur l’homéostasie digestive et l’assimilation. Il faut travailler sur la fonction hépatique et rénale via les méridiens du Foie et du Rein et stimuler la capacité d’élimination des déchets et des toxines du méridien Gros Intestin.

Dans la fourbure de travail, l’axe thérapeutique s’oriente sur les méridiens Vésicule Biliaire, Foie et Vessie régulant le locomoteur et sur le Vaisseau Gouverneur.

Dans la fourbure hormonale, l’action thérapeutique insiste sur la régulation du méridien Triple Réchauffeur, celles du méridien Rate/Pancréas, du méridien Foie et Gros Intestin et celle du Vaisseau Conception.

Vous n’avez pas besoin de connaître le rôle et l’emplacement des méridiens sur le corps de votre cheval pour l’aider en attendant une intervention vétérinaire ou celle d’un thérapeute équin. En massant immédiatement certaines zones de son corps, vous mobilisez la circulation énergétique du corps ce qui aide au déblocage des organes et des fonctions physiologiques. Vous sentirez des zones plus chaudes que le reste du corps ce qui vous guide sur les endroits à masser :

- Les flancs du cheval, derrière le coude des antérieurs jusqu’à la rotule des postérieurs.

- La zone du flanc à ’arrière de la dernière côte.

- Les couronnes des 4 pieds, comprenant le bourrelet périoplique.

- La face intérieure des antérieurs.

- La face intérieure des postérieurs.

- L’aine du cheval, c’est-à-dire la face interne du postérieur à l’endroit où le membre s’attache au corps.

- Tout le tour de la partie osseuse saillante des hanches.

Pour une action en profondeur et décisive, l’intervention d’un praticien Shiatsu ou une séance avec un acupuncteur accélère le retour à la normale de l’organisme du cheval.

Comment éviter la crise de fourbure ?

Dans le cas du risque de la fourbure alimentaire, il s’agit de préparer le tube digestif à un changement alimentaire et de soutenir la capacité métabolique des organes digestifs et filtrants. Ceci se fait sur 3 semaines à 1 mois avec une mise progressive à l’herbe en gérant la durée du pâturage. Il n’y a pas pire erreur pour un cheval vivant au box depuis plusieurs semaines ou mois que de le mettre dans un pré du jour au lendemain sous prétexte que la belle saison est arrivée. Ce changement alimentaire brutal est parfait pour déclencher une fourbure alimentaire. Le tube digestif d’un cheval au box mangeant du foin n’a pas les enzymes ni la flore intestinale nécessaires pour assimiler la richesse nutritive de l’herbe. Il faut commencer par un pâturage de 2h00 par jour, 1 jour sur 2, puis progressivement sur 1 mois, allonger les durées et rapprocher les jours de pâturage avant de pouvoir laisser le cheval au pré 24h/24. Au premiers signes de surcharge digestive, il faut diminuer les heures de pâturage avec une mise au foin partielle le temps que le système digestif du cheval se décongestionne.

Nous conseillons pour soutenir la capacité métabolique de son tube digestif d’y associer une cure de la SYNERGIE DE PRINTEMPS étudiée pour faciliter la remise à l'herbe du cheval. Son action de nettoyage et de détoxification du foie, de drainage de l'organisme et de régularisation des intestins du cheval lutte contre la crise digestive pouvant mener à la fourbure.

Dans le cas du risque de fourbure hormonale, il y a obligation de surveiller l’ingestion de glucides du cheval et réguler sa glycémie. Pour faciliter la régulation nous vous conseillons de travailler en préventif avec notre SOIN DU SYNDROME MÉTABOLIQUE ÉQUIN, SME qui diminue la résistance à l'insuline des cellules hépatiques, musculaires et adipeuses et d’utiliser la synergie FOURBURE CHEVAL ET PONEYS en dose d’entretien.

Pour les chevaux souffrant de la maladie ou du syndrome de Cushing, la normalisation hormonale est de rigueur pour prévenir le risque de fourbure avec la synergie SPÉCIALE CUSHING et d’utiliser la synergie FOURBURE CHEVAL ET PONEYS en dose d’entretien.

Dans le cas du risque de la fourbure de travail liée à l’effort, il faut réguler et doser l’effort physique du cheval pour éviter la myoglobinurie ou coup de sang et prévenir les pathologies musculaires avec la SYNERGIE MYOSITE.

Évidemment la prévention est le seul moyen d’éviter le risque de fourbure à votre cheval. Mais quand la crise est là, c’est le fait d’agir rapidement en mettant en place la diète et le drainage qui va sauver votre cheval. Le drainage des toxines par les plantes médicinales et aromatiques est la méthode la plus naturelle, rapide et efficace pour traiter cette pathologie.

Notre synergie FOURBURE CHEVAL ET PONEYS est capable de stopper la phase aigüe de la crise en moins d’une semaine. Une crise de fourbure qui perdure dans le temps a des résultats dramatiques pour le cheval. Lorsque la nécrose tissulaire des sabots fait basculer l’os dans la boite cornée jusqu’à perforer la sole du pied, la perte de locomotion du cheval est irrémédiable et lorsque les quatre pieds sont atteints, la douleur subie oblige à euthanasier le pauvre animal.

Le retour à la normale

Dans le cas de la fourbure alimentaire ou hormonale, il n’y a pas de durée type pour un retour à un pâturage normal car tout dépend du métabolisme du cheval et ce dernier est différent pour chaque cheval. Sa locomotion est le principal indicateur de son rétablissement. Quand votre cheval bouge avec aisance au trois allures (pas, trot, galop) et dans les déplacements latéraux, on peut estimer sa locomotion rétablie et le signe qu’il peut sortir de sa diète.

La sortie de diète se gère comme la mise au pré d’un cheval vivant en box. Une remise à l’herbe progressive alternant foin et pâturage, en surveillant les signes de congestion endogène, est nécessaire. Pour gérer avec succès la sortie de diète, nous préconisons de la combiner avec une dose préventive journalière de notre synergie FOURBURE CHEVAL ET PONEYS.

Concernant la fourbure de travail, la diète est en général très courte car l’arrêt du travail et le repos stoppe la production de l’acide lactique et des déchets endogènes et le drainage par les plantes nettoie rapidement les tissus musculaires et tendineux. S’il est au box, il est impératif de faire marcher le cheval en main au pas chaque jour pour faire circuler le sang et faciliter l’élimination de l’acide lactique et chasser les crampes et les courbatures musculaires. Garder le cheval en box n’est pas une bonne idée dans ce genre de fourbure, il vaut mieux un espace plus large pour qu’il puisse se déplacer et marcher au fur et à mesure de sa possibilité.

Sa remise au travail doit être progressive et combinée avec notre synergie PHYTO SPORT qui aide l'organisme du cheval en potentialisant ses qualités athlétiques et sa capacité sportive par son action sur le locomoteur (articulations et muscles) et les sphères hépatique et rénale.

Votre commentaire a été envoyé avec succès. Merci d'avoir commenté!
Laissez un commentaire
Captcha