Catalogue

Derniers avis

Derniers commentaires

Kribaa

BonjourJ'ai un cheval de course qui signe de nez avec un sang de couleur rouge revif lorsque fait... Lire +
Répondre

LOUIT

Bonjour, J'ai un cheval qui vit dehors. Dès qu'il est immobilisé au boxe une demi journée il fai... Lire +
Répondre

Barbara Legrand

Tout à fait d'accord avec l'article d'Isabelle qui vise d'abord et avant tout les humains. En tant ... Lire +
Répondre

Sabine

Pour lutter contre le stress de mon cheval et l'apaiser au maximum je passe par l' immunité phytoth... Lire +
Répondre

Voir tous les commentaires

Articles récents

Petite Histoire de la Phytothérapie et enjeux modernes
Petite Histoire de la...
Petite Histoire de la Phytothérapie 50 000 ans avant notre ère, les premiers hommes néand...
 23/02/2022  (0)    (1)
Les sols retournés gelés
Les sols retournés gelés
Qui n’a pas connu la désagréable expérience d’arriver au pré des chevaux et de voir son com...
 17/01/2022  (0)    (0)
Les plantes toxiques pour le cheval
Les plantes toxiques pour...
Le cheval au pré évite spontanément la majorité des plantes dangereuses . Il utilise son insti...
 27/12/2021  (0)    (0)

Voir tous les messages

Recherche du blog

Toutes les nouvelles du blog < Retour

L'emphyseme pulmonaire chez le cheval

L'emphyseme pulmonaire chez le cheval

L'emphysème est un phénomène chronique d'obstruction pulmonaire qui provoque une diminution progressive des alvéoles pulmonaires saines. L'altération d'une partie des alvéoles condamne les cellules saines à un hyper fonctionnement. C'est hélas une affection irréversible, elle s'installe insidieusement et s'aggrave lors de l'infection des bronches, d'un travail éprouvant et lorsque la nourriture et le milieu ambiant du cheval sont poussiéreux.
Cette maladie condamne le cheval à fournir de gros efforts à chaque respiration, elle le fatigue et épuise son cœur. Il est donc utile d'associer aux plantes pour les bronches des plantes stimulantes de l'énergie vitale et du cœur. Lorsque l'organisme demande plus d'oxygène, la fréquence respiratoire doit s'accélérer. Pour aider le cheval, il est nécessaire d'augmenter le volume d'air dans ses poumons, c'est le rôle des substances appelées broncho-dilatatrices qui se révèlent indispensables lors d'une crise.

Pour éviter de faire souffrir le cheval, son travail doit être léger sans allures rapides risquant de l'essouffler. Sa gêne respiratoire oblige le cheval à mener une vie sédentaire ; la réduction de sa mobilité affaiblit sa musculature. Un réapprentissage de l'effort sans forcer la fonction respiratoire, permet d'utiliser au mieux son potentiel disponible et d'améliorer sa qualité de vie.

Nous proposons la synergie de plantes spéciale poumon et respiration qui est très spécifique aux chevaux atteints d'emphysème. Elle va améliorer leur ventilation pulmonaire et s'opposer aux crises d'asthme.

  • 2 Commentaire(s)
 Admin E&P
En effet les hormones comme le chlormequat utilisées pour réguler la croissance des tiges de blé ne sont certainement pas bénéfiques aux organismes vivants qui les ingèrent. Une ingestion trop élevée de ce produit peut provoquer une intoxication grave avec hyper salivation, diarrhée et de sérieuses difficultés respiratoires. Néanmoins ceci arrive assez rarement. Par contre on néglige trop souvent l'accumulation progressive de la chimie agricole dans l'organisme par petites doses infimes mais chroniques qui finissent par pousser le système immunitaire dans une sur-réaction qui déclenche un état allergique. Il en est de même pour les métaux lourds et les médicaments qui poussent le système immunitaire dans ses retranchements. Si vous pensez que votre cheval est exposé via son pâturage ou sa paille à ce genre d'accumulation lente et chronique de molécules chimiques indésirables, nous vous conseillons une cure de charbon végétal activé pour éviter leur accumulation excessive dans l'organisme. Merci de votre témoignage qui nous rappelle que ce que le cheval ingurgite fait ou défait sa santé et qu'il est de plus en plus difficile pour le cavalier de veiller et d'obtenir une qualité sanitaire dans l'alimentation de son cheval.
 Valérie Banchereau
Ma jument de 22 ans souffrait d'emphysème très prononcé depuis un an. Aucun traitement ne parvenait plus à la soulager (notamment injections de cortisone et autres anti-inflammatoires, plus un traitement au Ventipulmin, qui n'a pas vraiment amélioré les choses). Elle était également sur copeaux, foin mouillé, mais rien à faire. J'ai finalement trouvé votre site, ai commandé la synergie 'poumon et respiration'. Je lui ai administré une dose importante de plantes pendant plus d'un mois. Son état s'est amélioré lentement, mais sûrement. Aujourd'ui, elle porte ses 24 ans avec une respiration de nouveau impeccable, au plus grand étonnement du vétérinaire qui m'avait annoncé qu'elle n'en avait plus pour longtemps. A noter également: notre ferme étant passée en bio, elle a désormais de la paille sans raccourcisseur. Beaucoup d'éleveurs (et malheureusement) de fermiers l'ignorent, mais le raccourcisseur, produit largement utilisé en agriculture conventionnelle, rend la paille impropre à la consommation... Les animaux l'ignorent, la mangent, et y deviennent allergiques, ce qui provoque toux chronique, emphysème et parfois même décès de l'animal. A bon entendeur, salut!
Votre commentaire a été envoyé avec succès. Merci d'avoir commenté!
Laissez un commentaire
Captcha