Catalogue

Derniers avis

Derniers commentaires

joëlle zinner

Chondro équi ! Remède miracle pour mon quarter horse de 19 ans atteint d'OCD. 15 jours par mois de... Lire +
Répondre

mac farren

Bonjour, je suis propriétaire de 4 chevaux/poneys et aussi agricultrice avec mon mari, nous avons u... Lire +
Répondre

Admin E&P

En effet les hormones comme le chlormequat utilisées pour réguler la croissance des tiges de blé ... Lire +
Répondre

Valérie Banche...

Ma jument de 22 ans souffrait d'emphysème très prononcé depuis un an. Aucun traitement ne parvena... Lire +
Répondre

Voir tous les commentaires

Articles récents

Les chaleurs des juments et les douleurs ovariennes
Les chaleurs des juments...
Les changements cycliques et hormonaux s'opérant au sein de l'organe génital de la jument peuvent...
 29/04/2019  (0)    (0)
La fourbure chez le cheval et son traitement
La fourbure chez le...
Les chevaux mis directement au pâturage après avoir été nourris au foin tout l'hiver peuvent so...
 02/01/2019  (0)    (0)
Vermifuger son cheval
Vermifuger son cheval
Dans le registre des parasites du cheval, il y a les puissants virus, microbes, ou bactéries, les ...
 11/12/2018  (0)    (1)

Voir tous les messages

Recherche du blog

Toutes les nouvelles du blog < Retour

Le muscle du cheval

Le muscle du cheval

Lors du mouvement, 75% de l'énergie développée apparaît sous forme de chaleur et doit être dissipée. Cette chaleur est bénéfique à l'exercice musculaire en diminuant la viscosité des tissus, du sang, en améliorant l'élasticité des tendons pour réduire les risques de rupture ou d'élongation. Le muscle est composé de 75% d’eau, de 22% de protéines et de 7% de lipides. Le potentiel à l'effort du muscle diminue lors :

  • d'une accumulation d'acide lactique,
  • d'une circulation insuffisante,
  • d'une respiration insuffisante,
  • d'une chute des réserves de glycogène dans le muscle,
  • d'une augmentation excessive de la température interne.


Types de blessures musculaires
La crampe musculaire est une contraction douloureuse, involontaire et passagère. Elle peut survenir au repos ou à l’effort. Les crampes qui surviennent dans la pratique d’un sport ont une origine complexe ; on croit qu’elles seraient le résultat d’une insuffisance d’apport d’oxygène ou d’électrolytes sanguins. Habituellement, elles sont un signe d’épuisement. Une crampe persistante est appelée contracture.
La contusion musculaire est la conséquence d’un coup reçu sur un muscle. L’impact du choc écrase les fibres tissulaires et les vaisseaux sanguins, provoquant leur rupture et l’épanchement sanguin dans les tissus. Elle se manifeste par une douleur, de l’enflure et une ecchymose.
L’élongation ou « claquage » est l’allongement traumatique du muscle. L’élongation survient durant une sollicitation excessive, à la limite de l’étirement du muscle ou à la suite d’une contraction trop forte du muscle. Une élongation extrême peut mener à une déchirure partielle ou complète. Le terme claquage (un son « clac » serait audible) est habituellement utilisé pour parler des élongations plus graves, avec lésion de nombreuses fibres musculaires.

Faire des étirements avant et après le travail
Il est primordial de chauffer le muscle avant de lui demander un fonctionnement intense. Le trotting rêne longues, l’allongement au pas et les appuyés au pas sont excellents dans un premier temps pour amener de la chaleur dans les tissus musculaires. Ensuite le travail de flexion et d’extension progressif permet de ramener de la souplesse avant la sollicitation des muscles à un niveau intense. L'extension, la flexion et la rotation de la tête agissent sur les cervicales hautes, la rotation et l'inclinaison de l'encolure agissent sur les autres cervicales moyennes et basses. L’épaule en dedans, en dehors et les déplacements latéraux, le travail sur deux pistes sollicitent les épaules et le bassin en contraction et extension des muscles adducteurs et abducteurs latéraux du cheval. Le travail doit toujours être progressif du pas vers l’allure supérieure pour laisser le temps aux muscles de recevoir le débit sanguin et l’irrigation nécessaire à leur bon fonctionnement. Qui dit action dit travail métabolique et production de déchets cellulaires. La fonction d’évacuation des déchets elle aussi doit être réveillée et stimulée avant l’intensité d’un effort pour éviter une saturation soudaine de déchets dans les muscles qui paralyseraient ce dernier. Après l’effort, le repos brutal avec ralentissement de la circulation sanguine est très mauvais : tous les déchets restent et se redéposent dans les tissus organiques. Il s’agit d’aider les muscles à évacuer leurs déchets en sollicitant la circulation sanguine par un pas dynamique et d’aider les muscles à chasser leurs contractures avec des étirements. Par exemple de sécher le cheval lors d’un pas allongé avec étirement du dos, le nez au sol durant plusieurs minutes.

Lorsque le système nerveux et le tissu musculaire ont été sollicités intensément, la vitesse de contraction de la fibre musculaire reste parfois à un niveau élevé en phase de repos, provoquant la tétanisation de la fibre musculaire en mode contraction. L’application de glace sur la zone en contracture permet à la fois de réduire la vitesse de contraction du muscle et de prévenir la réaction inflammatoire qui en découle.

Traitement de l’élongation et de la contusion
Le temps de cicatrisation de la fibre musculaire étant en moyenne de 12 jours, l’activité normale ne peut être reprise avant et seulement lorsque toute douleur a disparu au mouvement, et que la force et la mobilité du muscle ou groupe de muscles atteints sont revenues à la normale. Le massage en hydrothérapie et l’utilisation du chaud/froid activent la régénération cellulaire et l’évacuation des déchets par stimulation du débit sanguin et mobilisation de la lymphe. Une fois les nouvelles cellules musculaires disponibles, une gymnastique douce permettra de reconstruire leur force et souplesse pour un retour à la normale. La reconstruction de la matière du muscle est insuffisante seule pour retrouver une performance normale. Il y a toujours nécessité de soigner aussi la fonction énergétique du muscle atteint, autrement dit les circuits électromagnétiques qui véhiculent l’information aux cellules pour leurs fonctionnements physiques. Il convient donc de masser les méridiens et stimuler les points énergétiques qui sont en relation avec la zone dysfonctionnelle du corps. Un choc physique ou une sur-sollicitation font autant de dégâts dans la partie énergétique que dans la partie physique. Les techniques du Shiatsu sont excellentes pour libérer le circuit énergétique du corps de ses blocages.

Les plantes médicinales sont très efficaces pour prévenir l’accumulation de déchets métaboliques dans le corps ou aider à les évacuer et nettoyer les tissus organiques. En prévision d’un gros effort physique ou pour les chevaux avec un métabolisme sensible, ou pour les chevaux sortant d’une convalescence et qui reprennent l’entraînement, nous proposons une synergie spéciale pour soutenir le travail musculaire du cheval soumis à de gros efforts : la synergie Phyto Muscles pour chevaux. Pour les chevaux sujets aux myosites nous avons une synergie Myosite du cheval. Pensez aussi à l’usage du Charbon végétal activé pour chevaux pour faire baisser le niveau de toxines de l’organisme lors d’un épisode de myosite.

Votre commentaire a été envoyé avec succès. Merci d'avoir commenté!
Laissez un commentaire
Captcha