Catalogue

Derniers avis

Derniers commentaires

Admin E&P

C'est la rentrée, notre blog reprend son activité après ce bel été avec cet article sur le stre... Lire +
Répondre

joëlle zinner

Chondro équi ! Remède miracle pour mon quarter horse de 19 ans atteint d'OCD. 15 jours par mois de... Lire +
Répondre

mac farren

Bonjour, je suis propriétaire de 4 chevaux/poneys et aussi agricultrice avec mon mari, nous avons u... Lire +
Répondre

Admin E&P

En effet les hormones comme le chlormequat utilisées pour réguler la croissance des tiges de blé ... Lire +
Répondre

Voir tous les commentaires

Articles récents

Le stress chez le cheval
Le stress chez le cheval
Dans le cerveau il y a une perpétuelle interaction entre le mental, l'émotionnel et le physique. ...
 03/09/2019  (0)    (1)
Les chaleurs des juments et les douleurs ovariennes
Les chaleurs des juments...
Les changements cycliques et hormonaux s'opérant au sein de l'organe génital de la jument peuvent...
 29/04/2019  (0)    (0)
La fourbure chez le cheval et son traitement
La fourbure chez le...
Les chevaux mis directement au pâturage après avoir été nourris au foin tout l'hiver peuvent so...
 02/01/2019  (0)    (0)

Voir tous les messages

Recherche du blog

Toutes les nouvelles du blog < Retour

La dermite estivale chez le cheval

La dermite estivale chez le cheval

Le retour des beaux jours est aussi celui des insectes parasites piqueurs, cependant la dermite estivale est comme le temps elle ne connait plus les saisons : même l'automne et l'hiver certains chevaux continuent à souffrir de dermite estivale. Le cheval est pris de démangeaisons surtout vers la crinière et le haut de la queue, zones de totale sécurité pour ces buveurs de sang. Lorsqu'ils piquent, ils injectent leur salive, irritante voir allergène pour certains chevaux. Eliminer ces micro-organismes est très délicat, les produits forts sont souvent aussi toxiques que les insectes eux-mêmes.

La dermite estivale devient récidivante quand elle réapparait systématiquement chaque année. Elle provient d’une hypersensibilité que développent certains chevaux dont la chronicité évolue vers une réaction allergique de l’organisme à la présence d’allergènes présents dans la salive de moucherons du genre Culicoïde. Cette affection est très prurigineuse, allant de simples boutons (papules) à l’alopécie partielle avec croûtes qui évoluent en plaies selon la férocité des crises de grattage.

Tous les chevaux ne réagissent pas aussi fort à ces micro-organismes parasites. Outre l'hypersensibilité de la peau, la différence se situe dans la force du système de nettoyage des toxines par l'organisme et la capacité énergétique Gros Intestin/Poumon à résister aux allergènes de la salive des insectes. Les toxines introduites par la peau vont s'intégrer au sang, et être filtrées par le foie chargé de les détruire et bloquer le processus de la dermite estivale.
En agissant en interne on peut aider l'organisme à éliminer les toxines déversées par ces micro-organismes. On stoppe ainsi le processus de démangeaison et de grattage effréné. A cela on ajoute un traitement local pour faire fuir ou détruire les parasites, sachant qu'il ne sera pas possible de les éradiquer sur toute la période estivale mais il aidera l'organisme du cheval à accepter sans réaction excessive ce "fléau" des beaux jours.

Nous avons conçu une synergie de plantes spéciale peau et dermite pour aider l'organisme des chevaux à mieux supporter ces attaques parasitaires et en limiter les effets négatifs tel la démangeaison. Ces plantes sont à donner avant le démarrage des chaleurs estivales et la prolifération des micro-organismes responsables de la dermite estivale et durant la saison propice aux insectes. Cette synergie a une action dispersante qui favorise l’élimination et la destruction des toxines injectées par les micro-organismes squattant la peau et responsables de la réaction épidermique.

Votre commentaire a été envoyé avec succès. Merci d'avoir commenté!
Laissez un commentaire
Captcha