LES CHALEURS DES JUMENTS ET LES DOULEURS OVARIENNES
Les changements cycliques et hormonaux s'opérant au sein de l'organe génital de la jument peuvent induire des douleurs à chaque phase du cycle selon l'expression physio-énergétique la jument.
L'hiver est une période de repos, durant laquelle le règne végétal engrange et se prépare pour le redémarrage du printemps. La fonction ovarienne est pratiquement inactive durant cette période de repos sexuel. C'est la période propice pour préparer votre jument car il n' y a de réelle ovulation chez la jument que de février à juillet. Au début de la saison des chaleurs, le taux d' hormones nécessaire à l' ovulation est fréquement insuffisant si bien que le follicule ne vient pas à maturité et engendre des kystes gênant les ovulation ultérieures. En France les cycles de décembre à mars sont pénalisés par le manque de chaleur climatique, de radiations solaires et cosmiques.

La jument et la lune
A l'instar des marées, le cycle des juments est très influencé par celui de la lune. Deux cycles très proches tant par leur quantité que par leurs qualités. Le nombre de jours de ces cycles est pratiquement le même et l’effet énergétique de la pleine lune correspond à une surcharge énergétique dans l’appareil reproducteur de la jument.
Une jument congestionnée sera mal durant la pleine lune, une jument en vide énergétique (dans son système ovarien) sera mal à la nouvelle lune.

Un équilibre permanent et très subtil est nécessaire pour assurer une régulation du cycle de la jument. La complexité de cette régulation constitue son point faible. Beaucoup de facteurs liés à l'environnement de la jument comme le stress et l'angoisse s'ajoutent aux désordres physiques des kystes ou des spasmes.
Deux cas anormaux peuvent se présenter lors des chaleurs. Soit la sphère génitale est vide d'énergie, ce qui n'est pas un problème dans le cas d'une jument de sport, mais qui est inquiétant pour une poulinière. Soit la jument monte en plénitude énergétique et les organes gonflent, se congestionnent, génèrent des douleurs et des contractions spasmodiques des fibres de l'utérus.

Les chaleurs montent vite à la tête de la jument
Le cycle est celui des ovaires et de deux types hormones : œstrogènes et progestérone. Les chaleurs correspondent à la phase d'œstrus du cycle ovarien, le taux d'œstrogène augmente alors que le taux de progestérone baisse, une hormone chassant l'autre.
Durant à peu près deux semaines l'organisme de la jument baigne dans l'hormone de la féminité : l'œstrogène. La quinzaine de jours suivants c'est l'hormone de la maternité : la progestérone, qui envahit tout son organisme. Les transformations physiques et psychologiques sont énormes.

Beaucoup de juments vivent difficilement l'une ou l'autre de ces phases et y réagissent  selon leurs désirs profonds. Dès lors elles peuvent refuser les demandes supplémentaires du cavalier, les flexions et les engagements.
Les juments de sports ou de courses s'entraînent de façon tellement intensive, que leur appareil génital ne reçoit plus l'énergie qu'elle devrait (répartition des charges). Celle-ci est dédiée à l'effort, au locomoteur et à la sphère cardio-respiratoire. Cela se traduit par des ovulations anergiques qui n'aboutissent pas. La jument de compétition est considérée comme un athlète et non plus comme une entité féminine avec ses désirs et ses besoins. Cela convient parfaitement aux compétiteurs sportifs.

Notre solution pour le bien-être de la jument et pour qu'elle puisse assumer au mieux ce à quoi elle est destinée a fait ses preuves depuis plus de 12 ans : la synergie cycle et chaleurs rempli parfaitement son contrat avec une solution 100% naturelle qui va favoriser le bon déroulement du cycle tout en s'opposant aux congestions ovariennes.

Pour les juments souffrant de leur chaleur et stressées nous proposons le composé cycle, chaleurs et  antistress


Panier  

Aucun produit

Expédition 0.00EUR
Total 0.00EUR

Panier Commander

Derniers avis

paiement

PayPal

Rechercher